Sur le papier, ce FC Nantes sauce Halilhodzic avait les moyens de contrarier une ASSE qui alternait jusqu’ici des prestations inégales. Mais dans la vraie vie, c’est bien le FC Nantes qui a étalé ses lacunes au grand jour et qui repart avec un résultat qui pose questions.

« Nous avons explosé », a constaté le coach nantais. « Je ne comprends pas ces vingt dernières minutes. C’était une catastrophe. Si nous avions fait match nul, cela aurait été un hold-up. Il faut montrer beaucoup plus. Quand on joue comme cela, on est candidats pour descendre. » avouait en fin de rencontre le technicien nantais qui a occulté sa part de responsabilité dans le désastre.
Privé de Rongier, Girotto et Krhin, Halilhodzic avait choisi un milieu inédit avec Fabio en sentinelle pour s’occuper de Cabella et Evangelista en milieu relayeur. Avec Moutoussamy en milieu gauche excentré, trois joueurs n’évoluaient donc pas à leur poste de prédilection.
Le coach nantais avait également laissé pour la première fois son meilleur passeur, Boschilia, sur le banc, tout comme Limbombe. Dans cette configuration, le Fc Nantes a montré un visage que l’on ne lui connaissait plus depuis début octobre. Evangelista, inexistant, était sorti à la pause et remplacé par Boschilia, pas beaucoup plus inspiré.

Le Fc Nantes a réellement pris l’eau dans les vingt dernières minutes mais le revers aurait pu être encore plus cruel si Saint Etienne avait été plus précis devant et n’avait pas gâché autant d’occasions. Si l’on rajoute les blessures de Tatarusanu et de Majeed, le tableau est bien noir avant la réception compliquée de l’OM mercredi.

« On doit se poser des questions », a concédé le coach à l’issue de la rencontre. Une chance, les Canaris n’auront pas trop le temps de cogiter avec seulement 4 jours de récupération avant de recevoir une équipe également en plein doutes.