Le journal l’Equipe consacre aujourd’hui une pleine page à Emiliano Sala, surprenant auteur d’un triplé la semaine dernière face à Toulouse.

 

Surprenant, car depuis le début de la saison, touché mentalement par un mercato compliqué, l’argentin n’avait montré que son côté sombre, en assurant un service minimum. L’attaquant nantais est maintenant dans la lumière parce que ses stats le placent parmi les meilleurs attaquants français et même devant Lionel Messi à l’international. « Je n’avais pas vu que j’étais devant Messi » s’amuse t-il, « mais ce n’est pas parce que je suis 7 buts que je suis un très grand attaquant de L 1, je continue sur mon chemin. »

Mais plus sérieusement, le buteur nantais est revenu sur son été difficile : « Je suis quelqu’un d’ambitieux, je travaille dur tous les jours. J’ai un rêve, c’est de jouer les compétitions européennes. Forcément, j’ai été déçu. Je n’étais pas bien, pas heureux. Le match contre Strasbourg (3-2, le 1er septembre), je le vis mal. J’avais dit au coach Cardoso que je ne me sentais pas capable de donner le maximum pour l’équipe. J’ai marqué, je fais ce geste-là (une main devant la bouche), c’est une image claire. L’unique réponse, aujourd’hui, ce sont mes pieds. Je ne suis pas là pour polémiquer, je suis là pour que les gens comprennent ce que j’ai ressenti. Au début, c’est quelque chose qui touche et, tout de suite après, je change la carte SIM et je me mets à fond dans le travail pour faire mon max pour l’équipe. »

Sala n’a pas éludé les questions qui fâchent sur son côté « maladroit » : « Les gens ont parfois une première impression, ce n’est pas toujours la bonne. Dans leur esprit, je suis seulement un combattant, un guerrier. Aujourd’hui, il y a les buts derrière (37 en 110 apparitions en L 1 depuis 2015). Ce côté combattant, je l’ai depuis que je suis petit, je ne veux pas l’oublier, je ne veux pas m’arrêter de faire ca parce que ce n’est pas moi-même. Je suis quelqu’un d’hyper ouvert, cette image d’attaquant maladroit ne me gêne pas du tout. J’ai un style, c’est ma nature, je ne vais pas le changer à vingt-sept ans. je suis argentin, moi. Ca peut plaire, ca peut ne pas plaire, ce n’est pas le plus important. Moi, être sur le terrain, donner tout de moi-même et marquer un but, et voir un gamin ou une famille contente dans les tribunes, c’est ce qui me rend heureux, sincèrement. »

Depuis le début de la saison, Emiliano Sala a marqué 7 buts en 574 minutes, soit un but toutes les 82 minutes. C’est mieux que Lionel Messi en Liga : 7 buts en 693 minutes, soit un but toutes les 99 minutes.