Et si le corps arbitral le faisait payer au FC Nantes ?

chapron-show

Dans toute corporation prévaut toujours un sentiment de solidarité et le corps arbitral n’échappe pas à cette règle.

le 14 janvier dernier, Tony Chapron s’est rendu coupable de la pire faute qu’un arbitre puisse commettre, l’agression d’un joueur, en l’occurrence Diego Carlos, qu’il a volontairement taclé lors du match opposant le Fc Nantes au PSG.

Le Syndicat des arbitres du football d’élite (SAFE) s’est indigné hier de la suspension de trois mois ferme prononcée à l’encontre de Tony Chapron, par la commission de discipline.
« La sanction qui a été prise, par son ampleur, n’est autre que la mise à mort d’un arbitre et de sa carrière », estime le SAFE dans un communiqué où il souligne ne pas avoir trouvé « trace d’une telle sanction pour les autres acteurs. »
« Le comité directeur du SAFE va se réunir très rapidement, échanger et envisager désormais les contours précis d’une prochaine action » annonce le syndicat qui considère qu’ « au-delà de la décision », c’est bien la « fonction « qui est en danger! »

C’était pourtant une sanction mesurée car l’arbitre international pouvait craindre le pire au vu de la jurisprudence. concernant un joueur agressif envers un arbitre. En moyenne. il écope au moins d’une dizaine de matches, voire neuf mois de suspension.

Le FC Nantes peut maintenant craindre la colère du corps arbitral. Inconsciemment, en arbitrant les matchs de Nantes, les hommes en noir auront dans un coin de la tête le fait qu’ils arbitrent le club qui a fait chuter l’un des leurs… Les décisions arbitrales ne sont déjà plus vraiment favorables aux Canaris depuis plusieurs semaines, mais la situation pourrait empirer…

 

FacebookTwitterGoogle+Partager