Il n’est pas dans nos habitudes de fustiger le corps arbitral pour tenter de masquer les insuffisances de nos Canaris, mais après la parodie offerte par monsieur Buquet lors du derby entre le Fc Nantes et le Stade Rennais, la frustration prend le dessus sur toute autre considération.

 

Le Stade Rennais a donc enchaîné un neuvième match d’affilée sans défaite à la Beaujoire, mais cette fois-ci, c’est la colère qui domine dans le camp nantais.
C’était l’un des tournants du derby. À la 72e minute, alors que les Canaris ont la maîtrise du jeu et qu’ils poussent sur le but adverse, Valentin Rongier transperce la défense et il y a d’abord un contact litigieux entre Mexer et Majeed qui cherche à se démarquer. Puis Rongier parvint à frapper, mais sa tentative, qui prenait le chemin du but, est contrée par la main du Rennais Johansson, décollée du corps.
« Je suis assez mécontent car l’arbitre n’a pas accepté de regarder la vidéo », regrettait Halilhodzic. « Il aurait pu au moins regarder, c’est un manque de respect total. Même notre président a voulu lui parler, et il n’a pas écouté. »
Le même monsieur Buquet avait pourtant fait appel au VAR sur le but refusé à Diego Carlos pour faute de main … Et le même monsieur Buquet a également fermé les yeux sur une autre main de Da Silva.

Bien évidemment, on ne passera pas sous silence les manquements de l’équipe nantaise qui ont conduit à cette nouvelle défaite, comme les insuffisances défensives de Diego Carlos, les insuffisances offensives d’Anthony Limbombé et ce monstrueux taux de déchets techniques qui a plombé le jeu des Canaris.

Trop imprécise en première période, l’équipe d’Halilhodzic a été plus pressante en seconde et a montré de meilleures intentions à l’image de Nicolas Pallois qui a tout tenté pour galvaniser les siens. Sala a été bien cerné, c’est le Nantais qui a touché le moins de ballons, il n’a pas pu cadrer une frappe et il est peut-être moins en feu qu’en 2018. Majeed, servi par Rongier, était bien placé pour tromper Koubek mais il lui a tiré dessus (82e). Et puis Limbombe a trouvé le poteau sur une tête plongeante, là où un malvoyant aurait mis le ballon au fond des filets.
Le coach semble être sur la même longueur d’onde ; « On a eu un peu trop de déchet technique. Naïvement, on a aussi trop voulu passer dans l’axe au lieu de créer plus de décalages et de redoublements sur les côtés. Et on a joué un peu trop dans les pieds, au lieu de chercher un peu plus la profondeur. »

Pas le temps de cogiter. Nantes essaiera de rebondir à Nîmes, mercredi (match en retard de la 17e journée) avant d’aller à Angers, samedi. Après ces deux matchs, on en saura certainement plus sur le potentiel réel de l’équipe et sur ses ambitions pour la fin de saison.