Encore cinquième il y a peu, le FC Nantes a rétrogradé à la huitième place du championnat après son indécente défaite face à l’ASSE. Les concurrents des Canaris ont tous gagné et avant un déplacement périlleux à Monaco, la bande à Ranieri peut déjà faire une croix sur des lendemains qui chantent.

 

Quel gâchis ! C’est l’expression qui est venu à l’esprit de bon nombre de supporters du club à l’issue de cette parodie de football. Pendant ce temps là, la Brigade Loire faisait à nouveau entendre sa voix discordante à propos du futur stade. « Non au Yellopark. » C’était écrit sur une banderole déployée en seconde période dans la tribune. Les ultras nantais affichaient là à nouveau leur opposition au projet de nouveau stade soutenu par le président Waldemar Kita et la municipalité nantaise, ainsi que leur attachement la Beaujoire. « Le Yellopark, on n’en veut pas » ont-ils chanté. Une bousculade s’est produite car des stadiers auraient reçu la consigne de tenter d’enlever la banderole en question…

Revenons au foot, en tout cas, ce qui était censé l’être. Hier, Nantes a subit sa plus lourde défaite à domicile de la saison. « Votre équipe a-t-elle compromis ses chances de décrocher un ticket pour l’Europe ? » A cette question, Claudio Ranieri a répondu : « Oui, Peut- étre. » Un Oui peut-être qui veut dire beaucoup. Hier, Nantes a été asphyxié d’entrée et n’a pas su égaliser dans son temps fort, dans le dernier quart d’heure de la première période. Puis il n’a pas bien attaqué la seconde et a oublié de défendre. La totale.
« On a pris une petite lecon », regrettait Rongier. « On était trop coupés en deux. On a concédé beaucoup de contre-attaques. Dans les duels, ils ont été aussi plus forts. »
« On est passés côté », corroborait le capitaine Léo Dubois. « Après, il y a des jours comme ça où on n’arrive à rien. » Le problème pour Nantes est que ces jours « comme ça » sont depuis le début de l’année, comme les feuilles mortes en automne, ils se ramassent à la pelle…
Avec seulement trois tirs cadrés durant la rencontre, Nantes ne pouvait une nouvelle fois espèrer mieux qu’une défaite. Manque de caractère, déchets techniques à tous les étages, un gardien qui n’est plus dècisifs depuis de trop nombreuses rencontres, des attaquants de moins en moins inspirés, une défense qui commet des erreurs fatales. Bref, tous les ingrédients d’un cocktail de la mort étaient réunis hier pour la plus grande joie des Verts qui ont définitivement repris des couleurs hier à la Beaujoire.

Nantes, huitiéme, reste mathématiquement dans le match pour une qualification européenne. Mais une équipe qui n’a gagné que deux rencontres sur douze en 2018 (à Guingamp, 3-0, et face Troyes, 1-0) peut difficilement soutenir une ambition continentale. Méme si Dubois ne veut pas en finir avec sa vie nantaise la tête basse: « On a encore les cartes en main. Si on répéte une prestation comme ca, ce sera compromis, mais on a des ressources mentales et techniques pour revenir. »

La bonne nouvelle, oui il y en a une. Avec 44 points, Nantes s’est officiellement maintenu en Ligue 1 !

result asse2018