Alors qu’il reste 5 matchs à jouer (Rennes, Lyon, Montpellier, Angers et Strasbourg, l’heure des bilans a déjà sonné et il faudrait être d’un optimisme délirant pour accepter l’idée que le Fc Nantes puisse être européen la saison prochaine.

[themoneytizer id= »10701-25″]

 

D’un point de vue mathématique, tout reste possible, l’écart séparant les prétendants étant minime. Deux points séparent en effet Rennes le cinquième et Nantes le neuvième.

Mais il y a des raisons d’avoir le Blues :

La Beaujoire n’y croit plus. Avec 19 209 spectateurs face à Dijon, c’est la quatrième fois cette saison que la barre symbolique des 20 000 n’est pas atteinte à la maison. Seules les venues d’Amiens (18 830) et de Troyes (17 776) ont attiré moins de monde. Une si faible affluence dans le money time, alors que Nantes pouvait encore garder de l’espoir avec une victoire, ressemble à un abandon de l’équipe.
Le président n’y croit. « A un moment, j’y ai cru », a regretté le président, Waldemar Kita, en Principauté, après la récente défaite à Monaco.
Les joueurs n’y croit plus. Beaucoup déjouent. Emiliano Sala a perdu en quelques matchs de sa superbe, ainsi qu’Adrien Thomasson. Touré, Lima ne sont plus que l’ombre de ce qu’ils étaient en première partie de saison, Tatarusanu est devenu un gardien lambda alors qu’il était un dernier rempart très efficace en début de saison.
Le coach se trompe. Claudio Ranieri ne semble pas encore avoir trouvé son équipe type à 5 journées de la fin et il continue de multiplier les combinaisons de joueurs au détriment des automatismes. Pourquoi faire sortir Nakoulma à la 62ème alors que l’attaque boite, que le Burkinabé avait retrouvé le chemin des filets en première période et qu’il n’était pas émoussé vu son faible temps de jeu. Pourquoi avoir fait reculer Rongier, si important depuis quelques matchs en meneur de jeu ? Pourquoi avoir laissé Pallois en tribune alors qu’il était initialement prévu dans le groupe ? Pourquoi avoir laissé Ngom en réserve, auteur de 2 buts et une passe décisive face à La Roche sur Yon ?

Si le classement avait démarré le 1er janvier, Nantes serait actuellement 15ème, en bagarre pour éviter la relégation, avec seulement deux succès en quatorze journées.
Léo Dubois propose sa solution : « Il faut travailler à l’entraînement et discuter tous ensemble ». Cela suppose donc que le minimum syndical n’est pas réalisé actuellement … Une chose est pourtant évidente, avec quasiment le même groupe la saison dernière, Sergio Conceiçao avait tiré vers le haut l’équipe en la rendant crédible. Hier, en l’emportant à Benfica (1-0), le FC Porto de l’ex-entraîneur nantais s’est emparé de la place de leader. Avec désormais deux points d’avance sur leur rival du jour, les Dragons, à quatre journées de la fin, sont bien partis pour être champions du Portugal.

C’est peut être finalement cela qui fait la différence….

[themoneytizer id= »10701-2″]

[themoneytizer id= »10701-16″]