Il y a quelques mois encore, Waldemar Kita avouait facilement en « off » qu’il ne se voyait pas travailler avec Jocelyn Gourvennec.

 

Certes, celui qui ne change pas d’avis est un imbécile mais le président pense certainement beaucoup plus loin que cette forme d’inimitié avec l’ancien de Guingamp et Bordeaux qui lui faisait dire haut et fort qu’il avait renoncé à prendre des entraîneurs français.
Pour mener à bien sa campagne d’acceptation du futur Yellow Park, Waldemar Kita a besoin d’une forme de « paix sociale » que l’arrivée de Gourvennec pourrait installer dans la durée. Celui qui a porté les couleurs du club en tant que joueur entre 1995 et 1998 est très apprécié par les supporters. Lors de notre sondage du 20 mai dernier, vous l’aviez plébiscité à près de 80% face à l’espagnol Lopez. Quelques jours plus tôt, à la question « Pour ou contre Gourvennec », vous répondiez « pour » à 92%, un score nord coréen !

Mais il n’y a pas que chez les supporters que l’arrivée de Gourvennec serait reçue comme une bouffée d’oxygène. En interne, l’ancien milieu de terrain est très apprécié par de nombreux cadres de la direction du club et par plusieurs joueurs dont Valentiin Rongier, très demandé, qui a mis implicitement son devenir dans la balance avec cette déclaration d’amour : « Le football de Gourvennec, c’est le football que j’aime, sa méthode, sa volonté de jouer, c’est l’ancien jeu la nantaise. C’est positif. »

Six saisons à Guingamp où il a parfois fait des miracles avec un effectif low cost, une bonne saison à Bordeaux suivi d’une demi-saison où il a échoué, Gourvennec pourrait être enfin celui qui s’inscrira dans la durée au Fc Nantes, malgré que le contrat initial prévu n’est que de 2 saisons.
La confirmation de l’arrivée l’ancien milieu de terrain des Canaris devrait intervenir dans la journée.