Il y a quelques jours, nous vous annoncions que le couple Kita-Ranieri attendrait la fin de la dernière rencontre contre Strasbourg pour officialiser son divorce.

 

Mais le président nantais n’aura finalement pas réussi à tenir jusque là. Dans la soirée, lors d’une réunion publique sur le projet de stade, Kita évoquait bien clairement un départ, alors que la veille, Ranieri avait déjà semblé acter la fin de l’histoire, dans une soirée barbecue avec les partenaires du club. « J’ai été content d’être avec vous. Je souhaite le meilleur à Nantes », avait indiqué l’italien, selon des propos rapportés par Ouest-France.

Hier, après avoir tenté de botter en touche, le président s’est lâché en parlant du Mister : « II faut le remercier pour tout le travail qu’il a fait. Ça n’a pas toujours été facile. Il y a du regret, c’est comme çà, c’est la vie. Non, on ne partira pas fâchés. »

Mardi midi, Jocelyn Gourvennec, 46 ans, sans club depuis son licenciement de Bordeaux en janvier dernier, a été reçu par Waldemar Kita et son fils Franck. C’était déjà le grand favori avant l’entretien, il l’est encore davantage maintenant. Le rendez-vous s’est très bien déroulé, même si Kita a également rencontré lundi l’Espagnol Gérard Lopez Segu, qui entraînait dernièrement la réserve du Barça avant d’en être limogé le 25 avril.
La rencontre avec l’ex-coach de Guingamp et de Bordeaux a eu lieu à Paris et les deux parties semblent être sur la même longueur d’onde.

Pour Patrick Vieira, sans démentir l’intérêt, le président a simplement répondu : « On pense à tout le monde ». Ce qui vaut bien sûr pour tous les noms déjà cités par la rumeur. Pour Youri Djorkaeff, dont le nom avait fuité comme possible directeur sportif, il ne s’agirait que d’une rencontre informelle. Presse Ocean rappelle d’ailleurs ce matin les raisons objectives : L’ancien de 98 n’a pas vraiment de réseau, son fils est au club (conflit de genre) et le snake sera en Russie durant toute la période de la Coupe du Monde.
Il est clair également que le président ne souhaite toujours pas déléguer une partie de ses pouvoirs …

« Je n’ai pas de préférence », conclue-t-il. « Je veux des mecs bien. »
Encore un indice qui fait pencher la balance du côté de Gourvennec.