Qui n’a pas entendu Waldemar Kita au micro de Canal+ s’épancher sur la philosophie de jeu de Miguel Cardoso? Le président, recordman du monde des divorces avec ses entraîneurs, a laissé entendre samedi qu’avec la défaite à Lille, son entraîneur venait de jouer son dernier joker.

 

Hier, Cardoso n’a pas souhaité entrer dans la polémique : « J’ai déjà dit lorsque j’ai été interrogé sur des déclarations du président qu’il était normal qu’il ne soit pas content. Mais je dis aussi que dans le vestiaire à Lille, il a parlé d’une façon très positive pour le groupe, il a donné de l’énergie à tous, et ça c’est important. »

Quand les questions se font plus précises, il tente néanmoins d’expliquer ses choix, notamment sur le cas Limbombé, qui a coûté une blinde au club et qui n’est toujours pas titulaire : « II est arrivé sans avoir eu une minute de match depuis avril, il a du récupérer d’une blessure, d’une rupture aux adducteurs. C’est un joueur qui peut être très important dans le futur, mais l’année d’avant aussi, il avait connu une intervention chirurgicale aux adducteurs. Donc, on l’a graduellement intégré au travail et à la compétition. Et puis il n’y a pas que la question physique, il faut aussi comprendre les questions tactiques. », ou encore sur le cas Boschilia : « Quand j’ai parlé avec Leonardo Jardim, il m ‘a dit qu’il avait besoin de poursuivre sa préparation. »
En titularisant Limbombé et Boschilia aujourd’hui, Cardoso cédera à la pression ambiante, ce qui n’est jamais très gratifiant. S’il les laissent encore sur le banc, et en cas de nouvelle défaite, il devra répondre de son arrogance. Difficile métier que celui d’entraîneur …

Pour tenter de garder sa crédibilité en montrant que les changements qui seront opérés ce soir sont de son initiative, Miguel Cardoso a décrété que ce match face à Nice était le bon moment pour opérer les changements et démarrer enfin la saison. C’est ainsi qu’il prévoit de titulariser Kara Mbodji, Abdoulaye Touré, Limbombe, Boschilia et Coulibaly qui n’étaient que remplaçants lors des derniers matchs. Fabio sera même sur le banc.

Face à ce Nantes malade, les niçois joueront sans leur principal atout offensif. Suspendu lors des trois premières journées, Balotelli est revenu à Lyon (0-1, le 31 août) mais il est rentré de sélection avec une douleur aux adducteurs qui l’a privé de la réception de Rennes (2-1, le 14 septembre). II n’a jamais été un fou de travail, et ses blessures diplomatiques pour esquiver les déplacements moins glamour ont autant marqué ses deux premières années azuréennes que sa capacité à briller lors des grandes affiches. Ses patrons attendent de lui plus de régularité et de présence cette saison, mais ils vont attendre encore un peu car le surpoids du joueur semble poser problème et il n’est pas encore capable d’enchaîner plusieurs matchs dans la même semaine. Officiellement, la réception de son absence face à Nantes serait due à un traumatisme aux cotes, mais personne n’est dupe …

Voilà donc Miguel Cardoso au pied du mur. Ce soir, ça passe ou ça casse.