L’effet Vahid n’est pas mort ! Après être revenu deux fois au score, le FC Nantes s’est imposé face à l’OM au terme d’un match fertile en rebondissements et en émotion. Les Canaris ont marqué trois fois dans le jeu et enflammé une Beaujoire bien garnie.

« L’équipe a fait un bon match, a décroché une victoire méritée et a produit un beau spectacle. Après la rencontre, j’ai dit aux joueurs que j’étais fier d’eux et que je les aimais beaucoup. » Ce discours, rempli d’émotion, témoignait de la joie intérieure de Vahid Halilhodzic, qui est passé par toutes les émotions sous une pluie battante qui n’a pas refroidi les ardeurs.

D’entrée de jeu, les Canaris ont assiégé le camp de l’OM en affichant clairement leurs intentions offensives. Malheureusement, le soufflet est retombé très vite et ce sont les marseillais qui ont pris le match à leur compte en ouvrant fort logiquement le score à la 28ème minute par Sanson. Le tournant du match est intervenu deux minutes plus tard quand Emiliano Sala, what else ! a repris magnifiquement de la tête un centre au cordeau d’Abdoulaye Touré, un des Canaris les plus battants hier soir.
Un but qui a réveillé les Canaris en leur faisant prendre conscience que le bloc marseillais était contournable.
C’est pourtant l’OM qui a marqué le second but, sur penalty, consécutivement à une faute de main de Pallois. Thauvin trompait Dupé avec l’aide de la barre à la 36ème minute.
Là encore, les nantais n’ont pas eu à cogiter bien longtemps. Juste avant la pause, Touré, après un travail remarquable de Sala, trompait Mandanda d’un plat du pied astucieux.
En seconde période, l’OM n’a jamais réussi à reprendre l’ascendant sur la rencontre. Les Canaris étaient bien en place et les incursions dans le camp marseillais se faisaient de plus en plus nombreuses jusqu’à ce troisième but de Boschilia qui poussait dans les filets de Mandanda un centre astucieux de Lima qui avait débordé la défense phocéenne.
Après, il a fallu gérer ce mince avantage au score avec de la hargne, de l’héroïsme et un soupçon de chance.
Sala, Touré, Lima, Carlos, Boschilia ont été les Canaris les plus en vue. Valentin Rongier, qui revenait de blessure n’a pas eu son rendement habituel.

Nantes a séduit son monde, hier, parce qu’il a recollé deux fois au score avant de prendre l’avantage. « Ça montre la forte personnalité de toute l’équipe », souligne le défenseur Fabio, décalé hier dans le couloir gauche derrière Lucas Lima, un autre latéral de formation, pour bloquer la menace Thauvin. « C’est une victoire référence », a ajouté Halilhodzic. « Maintenant, il faut continuer pour monter au classement. »
Avec sept longueurs d’avance sur le dix-huitième, Nantes n’est plus obligé de regarder dans le rétro mais peut lorgner sur la 5ème place, qui n’est finalement qu’à six points. Prochain rendez-vous samedi soir à Nîmes, pour un match compliqué face à un surprenant promu. Mais avec ce Nantes là, rien n’est impossible !