FC Nantes : Si près du ridicule mais pourtant qualifié

stepinski

L’excuse était énorme et elle a pourtant été utilisée à mainte reprises par les joueurs nantais à la fin de la rencontre entre Blois et Nantes et la qualification dans la douleur face à une équipe de CFA2.

« On aurait pu marquer davantage mais le principal est fait avec cette victoire. Maintenant, je pense qu’il faut se concentrer sur le championnat car c’est le plus important. Les coupes c’est du bonus et ça nous permet d’être bien mentalement. Mais le championnat demeure la priorité. »

La petite phrase de Hamine Arit à l’issue de la rencontre résume l’état d’esprit des joueurs nantais.

Nantes a du effectivement batailler face à la modeste formation de Blois pour accéder au seizièmes de finale. Une victoire étriquée pour les Canaris (1-2) acquises grâce à un doublé de Stepinski et surtout une offrande de la défense de Blois.
Le conte de fées des joueurs du BF 41 s’est arrêté à la 62e minute avec la sortie sur blessure d’Orgebin, le capitaine, le patron de la défense surtout. Quatre minutes plus tard, Blois encaissait un but gag et ne reviendra pas au score malgrè plusieurs cadeaux de la défense nantaise.
Largement dominateurs, notamment en première période durant laquelle ils se sont procuré plus d’une demi-douzaine d’occasions nettes, les canaris ont laissé les Blésois refaire surface juste avant la pause et ont offert une seconde période totalement indigeste.

Sergio Conceiçao : « L’ambiance était superbe, les joueurs de Blois ont mouillé le maillot. En coupe c’est toujours comme ça, il n’y a pas de match facile. Avec l’esprit, l’ambition, l’envie de montrer quelque chose, les équipes d’un échelon inférieur sont capables de se mettre au niveau. En première période, on a l’occasion d’en mettre un deuxième, un troisième, un quatrième… Mais on les laisse revenir, sur un coup franc latéral, on prend un but et avec le public, la pelouse moyenne, ils ont leurs chances. »

Léo Dubois : « on savait que ce serait compliqué de gagner ici. On l’a fait. Maintenant, on tourne la page. On l’a fait. Aujourd’hui, on est une équipe solide, difficile à manœuvrer et on arrive vite à se projeter vers l’avant. Elle est là la clé de notre petite réussite en ce moment. »

Pour rappel, Blois évolue en CFA2. Il faudra maintenant montrer autre chose pour ne pas retomber dans la spirale négative de novembre 2016.

blois-result

FacebookTwitterGoogle+Partager