FC Nantes – Stade Rennais (1-1) : Tué par son meilleur ennemi

Un an après, on peut se demander si Claudio Ranieri a enfin trouvé son équipe type. Hier, lors du derby face à Rennes, théâtre d’un nouveau partage de points, il laisse Valentin Rongier, titulaire indiscutable et irréprochable sur le banc. Certes, jouer à 10 durant toute la seconde période après le rouge injustifié sur Sala n’a pas aidé les Canaris, mais une fois de plus, dans le jeu, les nantais n’ont pas montré le visage d’un futur européen.

 

Le match avait débuté par une petite coquetterie. La très inventive Tribune Loire avait célébré à sa manière son courroux vis à vis de la Ligue par un lâcher massif de balles de tennis qui a retardé la rencontre de quelques minutes.

Comme souvent, c’est dans ses temps forts que Nantes a montré ses faiblesses. Alors que les rennais tutoyaient le néant durant toute la première période, les Canaris, bons dans l’esprit et les intentions, étalaient à nouveau au grand jour leurs lacunes techniques. Une nouvelle fois, les occasions se comptaient sur les doigts d’un manchot, et heureusement Thomasson délivrait la Beaujoire à la 42ème d’un but plein de classe et de sang froid.
Vu le faible niveau de jeu des rennais, on se disait qu’il y avait certainement un coup à réaliser et le fantasme « Europe » reprenait de la consistance. Le corps arbitral en a voulu autrement. Averti logiquement à la 40e pour un coup de coude donné à Jérémy Gélin dans un duel aérien, Emiliano Sala a pris un deuxième carton jaune beaucoup plus sévère au retour des vestiaires pour un pied sur la cheville gauche de James Léa-Siliki.

A onze contre onze, Rennes n’avait pas existé, en supériorité numérique, les hommes de Lamouchi ont montré un visage plus offensif et plus incisif. Après plusieurs alertes durant la seconde période, la défense nantaise a fini par craquer à la 81e. Pallois, jusqu’ici irréprochable, déviait le ballon hors de portée de Tatarusanu sur un tir de Léa-Siliki.
Sans le gardien roumain, qui a retrouvé toutes ses couleurs hier, Nantes aurait même pu perdre le match tellement les rennais se montraient insistants dans les dernières minutes de jeu.

Nantes et Rennes devront attendre la fin du week end pour connaitre les résultats de leurs concurrents. Nice et Montpellier se rencontrent, Saint-Étienne va recevoir Troyes et même Bordeaux a une chance de recoller au pelonton des prétendants à l’Europe.
« Une victoire aurait fait beaucoup de bien » signalait Valentin Rongier, dont nous n’avons toujours pas compris le positionnement sur le banc (Même si Girotto a rendu une copie honorable). « Forcément quand on n’arrive pas à gagner, l’Europe s’éloigne ». « Mais ce n’est pas encore fini », assure t-il. « On peut aller faire quelque chose à Lyon » a même ajouté le président…
On aimerait y croire, mais on ne voit pas comment les Canaris pourraient aller chercher des points à Lyon, qui plus est sans leur goleador, suspendu.

 

Share