Comment expliquer qu’une équipe, qui surfait sur une série de 6 matchs sans défaite, dont le mental semblait être en acier trempé dans les jours précédents la rencontre, puissent ainsi sombrer dans le chaos et proposer une indigne copie de football ?

« On perdait le ballon trop facilement » a constaté à chaud Vahid Halilhodzic. Face aux absences pour blessures de Rongier, Girotto et Krhin, trois de ses joueurs titulaires en milieu de terrain, le coach avait du improviser un milieu new look avec des joueurs évoluant à contre emploi. C’est ainsi que Moutoussamy, tellement impressionnant il y a une semaine face à Angers, s’est retrouvé dans un couloir et n’a touché que 18 ballons durant toute la rencontre. Evangelista, joueur offensif de petits espaces, surtout habitué au banc cette saison, s’est vu propulsé milieu relayeur.
Touré, l’autre élément du milieu de terrain, était chargé de marquer de près MVila et Selnaes et n’a donc que peu participé à la récupération et à l’organisation offensive.
Vahid Halilhodzic s’est vite aperçu de sa bourde à la pause et fait rentrer Boschilia à la place d’Evangelista, mais le joueur prêté par l’AS Monaco n’a guère fait mieux dans ce milieu de terrain passoire qui a permis aux stéphanois de développer leur jeu.

Résultat, 35% de possession de ballon sur toute la rencontre pour les Canaris avec seulement 7 tirs dont un cadré. Dans ce contexte, il fallait bien que cela finisse par craquer et le Fc Nantes aura quand même réussi à tenir 75 minutes, avant que Maxime Dupé, le malheureux remplaçant de Tatarusanu, habitué au 3-0, en rajoute un nouveau dans son escarcelle.

Pour la réception de Marseille, mercredi, les retours de Rongier et Girotto sont espérés. Avec sa triplette reine (Rongier-Girotto-Touré), Vahid Halilhodzic devrait pouvoir remettre en place son schéma tactique qui a si bien fonctionné durant plusieurs semaines.