Mogi Bayat, l’agent trouble du football belge et agent influent du FC Nantes, proche du président Waldemar Kita, a été placé hier en détention dans l’affaire du footballgate qui secoue actuellement tout le football belge, pour le moment, en attendant d’en savoir plus sur ses malversations à l’international, notamment en France.

 

II a été inculpé pour blanchiment d’argent et participation à une organisation criminelle après avoir été entendu par un juge d’instruction. « Nous soulignons que cela n’a rien à voir avec de la corruption, de la manipulation de matches ou des contacts avec des arbitres. Il ne s’agit que de blanchiment d’argent », ont déclaré ses avocats. Le parquet belge soupçonne l’agent d’avoir « manipulé le transfert de plusieurs joueurs dans le but de maximiser ses propres frais de courtage, portant ainsi préjudice aux intérêts des parties pour lesquelles il agit », entendre ici les clubs et les joueurs. Le parquet s’interroge sur des « constructions financières » qui « auraient été mises en place pour cacher ces manipulations ». Cela pas le biais « d’agents de joueurs complices et de personnes morales » à l’étranger (France, Angleterre, Luxembourg)… »

La presse belge se déchaîne depuis 48 heures sur cette affaire et au fil des articles, la lumière se fait peu à peu sur ce personnage sulfureux qui a quand même été l’interlocuteur de Waldemar Kita concernant les arrivées à Nantes de Gillet, El-Ghanassy, Limbombe, Coulibaly et Mbodji, excusez du peu …

C’est sa manière de gérer les transferts qui pose question aux enquêteurs. Ainsi, il lui est reproché plusieurs contrats douteux et des commissions occultes en éludant l’impôt. Là où l’agent de football classique a un portefeuille fixe de joueurs, Bayat répond davantage aux besoins des clubs avec lesquels il travaille étroitement. Un club cherche un attaquant, il trouve un attaquant tellement il occupe une position dominante dans le monde des agents.

Le média belge l’Echo décrit ainsi les relations du personnage avec les clubs étrangers : « Bayat collabore souvent avec les Anglais de Watford et les Italiens Udinese, tous deux détenus par le flamboyant Italien Giampaolo Pozzo. Il travaille également en France, où il entretient des liens étroits avec le FC Nantes du Franco Polonais Waldemar Kita. Pour Anthony Limbombe, Bayat a trouvé une consolation, même après avoir assisté à l’échec d’un transfert vers Watford en raison des revendications salariales exorbitantes du joueur. Alors que tout le monde le considérait comme invendable, Bayat l’a conduit à Nantes. Tout le monde le sait. Si vous êtes sans espoir, vous pouvez toujours essayer Bayat. »

Effectivement, à y regarder de plus près, hormis Nicolas Gillet, El-Ghanassy, Limbombe, Coulibaly et Mbodji valent t-ils réellement le prix que Nantes a payé ?
Les problèmes sportifs du FC Nantes ne sont certainement pas liés aux entraîneurs successifs qui défilent à la Jonelière mais aux joueurs qui composent le Fc Nantes.
Des joueurs globalement moyens, sans caractère et sans génie, sortis de nul part et que le président se fait livrer par des agents peu scrupuleux, spécialistes dans les placements de tocards.

A quand une vraie cellule de recrutement et un directeur sportif digne de ce nom au FC Nantes ?