Losc – Fc Nantes (3-0) : Le réalisme était lillois

losc1

Claudio Ranieri était pessimiste quelques jours avant de démarrer son championnat face au Losc. Les événements lui ont donné raison.

« J’attends des joueurs et je pense alors que nous pourrons faire une bonne saison, l’équipe n’est pas prête. » avait déclaré le coach italien, avouant, à la vue des matchs de préparation, que le début de saison serait compliqué.

Les canaris n’auront effectivement fait illusion que lors de la première période, le temps que la bande à Bielsa se mette en ordre de marche, avant de sombrer totalement lors de la seconde. Les attaquants lillois auront fait preuve de grand réalisme là où les nantais ont fait preuve de beaucoup trop de mansuétude.

Privés de ballon, avec un ratio de 35 % de possession de balle contre 65 % au Losc, les Nantais ont passé leur temps à subir et ont juste cherché à exploiter les quelques erreurs nordistes. Dupé s’est incliné à trois reprises derrière une défense où Pallois et Dubois ont sombré. Au milieu, Touré a été constamment en difficulté face au rythme imposé par les lillois. Dans l’animation, Iloki et Kacaniklic ont été transparents et en attaque, Nakoulma a raté l’immanquable en première période, sa seule opportunité du match.

Certes, il ne faut pas céder à l’impatience, il ne s’agit là que du premier match. Pourtant, dans cette configuration, nous n’avons pas retrouvé hier le Nantes made in Conceiçao, qui était fait d’agressivité positive et d’envie d’aller de l’avant. « En face ils étaient plus motivés et plus combatifs que nous » a simplement constaté Claudio Ranieri qui nous a accordé une bizarrerie en faisant entrer un milieu défensif, en l’occurrence Guillaume Gillet, après le troisième but lillois, tandis que les attaquants Bammou et Stepinski sont restés sur le banc.

Sans en dire plus, Waldemar Kita a annoncé hier l’arrivée d’une nouvelle recrue d’ici à la fin de semaine. Pierre Ménes, la grande gueule du foot français, a quant à lui déjà bien résumé la situation : « Je ne comprends pas comment on peut payer un entraîneur 300 000 euros par mois et lui offrir une équipe de ce niveau… Il va impérativement falloir que Nantes se réveille sur ce dernier mois de mercato. »
Avant de recevoir l’OM qui a montré un visage très entreprenant face à Dijon, il y a déjà urgence à agir.

resultlille2017

 

FacebookTwitterGoogle+Partager