Rappelez-vous, nous sommes le 31 juillet et l’information commence à circuler dans les rédactions.

[themoneytizer id= »10701-25″]

 

A ce moment là de l’intersaison, le FC Nantes est à la bourre par rapport aux autres clubs de Ligue 1, personne ne semble pressé de signer et même les rumeurs se comptent sur les doigts d’une main. Après le mercato blanc de janvier 2018, beaucoup craignent alors que le mercato estival soit tout aussi tristounet.

Et puis, à la surprise générale, on apprend que Waldemar Kita a rencontré Adel Taarabt, l’enfant terrible, qui a fait parler de lui partout où il est passé mais surtout dans la rubrique vestiaire … En disgrâce avec son club de Benfica, Taarabt souhaiterait changer d’air et ne serait pas contre un retour en France.
Et bim, voilà que cela tombe sur nous … Trop content de cet intérêt, l’attaquant s’épanche dans les colonnes de l’Equipe : « On doit encore s’entendre sur les salaires mais je suis prêt à faire des efforts. J’ai vraiment envie de revenir en France et j’ai eu un contact top avec le président Kita. Il n’a pas peur de dire les choses en face et j’aime ça. Il m’a dit « Comment un joueur avec autant de talent a aussi souvent changé de club ? ». De plus, l’entraîneur me veut vraiment et son discours m’a touché. Le projet de Nantes me rappelle celui de Lens. »

Inquiets, nous écrivions cela : [… Le milieu offensif marocain, sous contrat avec Benfica jusqu’en 2020 est jugé indésirable. Son club lui cherche une porte de sortie. Au Rc Lens, où nous avions appris à le connaître, le marocain de 29 ans n’avait pas laissé que de bons souvenirs. Jean-Carl Tonin, ex-recruteur des Sang et Or, parlait en début d’année d’un joueur ingérable que Lens avait eu plaisir à vendre à Tottenham en janvier 2007 sans trop discuter le prix. Certains joueurs du Racing parlaient à l’époque d’un « parasite de vestiaire ». Si la rumeur s’avère exacte et que le président Kita a réellement rencontré le joueur dans le but de le faire signer, espérons que le marocain, comme le bon vin, ait bonifié avec le temps … ]

Frayeur dans les rédactions où l’on se dit que le président Kita est à la limite de la faute professionnelle. Heureusement, après avoir bien étudié le dossier, pris l’avis de son entourage, mesurer les prétentions salariales du joueur qui émarge à hauteur de 130 000 euros/mois, Waldemar Kita se ravise et passe à autre chose.
D’autres clubs, comme Amiens, ont également étudié le profil de l’ancien lensois et ont également fermé la porte.

Aujourd’hui, on apprend que le joueur est toujours à Benfica, qu’une place lui a été faite dans le loft, qu’il aura la possibilité de faire quelques matchs avec la réserve, qu’il s’entraîne seul et que son club est prêt à faire des sacrifices pour s’en débarrasser définitivement en janvier prochain.
S’il te plait Waldemar, ne regarde plus dans cette direction …

[themoneytizer id= »10701-2″]

[themoneytizer id= »10701-16″]