Joueur de caractère, Kara Mbodji a besoin de se sentir leader sur le terrain et il s’interrogeait déjà sur son avenir au FC Nantes en fin d’année dernière.

 

Alors qu’il venait d’être titulaire face au PSG, le défenseur d’Anderlecht ne cachait plus ses envies de départ : « Je suis venu ici pour jouer et retrouver mon niveau. J’ai fait six matches, après il y a un coach qui fait ses choix et je les respecte. À moi de voir ce qui va se passer parce que je veux jouer. »

La goutte qui a fait déborder le vase est la sortie prématurée mardi soir dans le match en retard face à Montpellier. A la 57ème minute, Vahid Halilhodzic décide de changer son schéma tactique pour mieux profiter de la supériorité numérique. Il passe donc de son 5-3-2 à un 4-3-3, mieux adapté aux circonstances. Faire sortir un défenseur pour ajouter un attaquant n’est pourtant pas chose rare dans le football quand le scénario l’exige.
Mais monsieur Mbodgi prend une nouvelle fois la mouche, refuse de saluer son coach et regagne sa place dans le parcage des remplaçants en murmurant quelques mois d’oiseaux à l’adresse du technicien.

Non content de se faire remarquer de la sorte, monsieur Mbodgi a interpellé le coach dans le vestiaire et s’en est suivi une violente dispute, Vahid Halilhodzic n’étant pas homme à se laisser matcher sur les pieds par un joueur colérique. La tension est montée et les deux hommes ont même failli en venir aux mains.

Depuis plusieurs jours, la rumeur enflait en Belgique sur un retour à Anderlecht de l’international sénégalais. Kara Mbodgi a donc séché le décrassage hier matin, et dans l’après-midi, il a définitivement quitté la Jonelière direction San Pedro del Pinatarson où son club prêteur, qui cherche justement un défenseur central, est en stage.
Le hasard fait parfois bien les choses … Comme si le scénario du match face à Montpellier n’était pas juste le fait de tenter de profiter d’une occasion pour quitter Nantes la tête haute.

Petit joueur monsieur Mbodji et bon débarras !