Hormis Gabriel Boschilia, les recrues estivales du FC Nantes n’ont rien apporté. Dans ce mercato une nouvelle fois raté, faute de cellule de recrutement digne de ce nom, un profil sort du lot et continue de faire parler 5 mois plus tard.

 

Le quotidien l’Equipe propose aujourd’hui une double page sur ce flop du mercato estival nantais en évoquant les dessous, plutôt brumeux, de cette opération de transfert.
Douze matches disputés en Ligue 1, dont seulement cinq comme titulaire. Aucun but inscrit, aucune passe décisive. Voilà pour le bilan chiffré, à la trêve, du plus gros transfert de l’histoire du FC Nantes : celui d’Anthony Limbombe, le milieu international belge d’origine congolaise (24 ans, 1 sélection), arrivé cet été du FC Bruges ; un contrat de cinq ans officialisé le 23 août par les Canaris.
Mais une transaction suspecte, estimée à environ 8 M€, cet été, et à 10 M€ par la justice. Car selon les informations du média, les dessous de ce transfert record pour le FCN ont conduit Limbombe à être convoqué et brièvement placé en garde à vue, le 5 novembre, dans les locaux de l’antenne de police judiciaire (PJ) de Nantes.

À l’occasion du deal, une prime à la signature de 3 M€ aurait été négociée au bénéfice du joueur. Mais les enquêteurs s’intéressent surtout au destinataire de la moitié du montant de la somme évoquée.
Pour eux, elle a été reversée confidentiellement par Limbombe à Mogi Bayat, le sulfureux agent, ami de Waldemar Kita, dans le cadre de l’affaire de fraudes présumées dans le football belge, surnommée « footbelgate. Ce stratagème aurait permis de contourner la législation française en matière de commissions aux agents de joueurs (plafonnées à 10 %). Le père du joueur ainsi qu’un ancien coéquipier, le Franco-Tunisien Fabien Camus, seraient également impliqués dans les modalités de ce transfert douteux.
Joint hier par le quotidien sportif, le président du FC Nantes nie bien évidemment le versement de cette prime à la signature mais confirme que le joueur est perturbé par cette affaire : « il est perturbé avec ça, il n’a pas la tête à jouer. »

Avant Limbombe, Mogi Bayat aurait facilité les mouvements à Nantes du milieu belge Guillaume Gillet (janvier 2016-juin 2017), du milieu offensif belge Joris Kayembe (depuis 2017), de l’attaquant malien Kalifa Coulibaly (depuis 2017), du milieu offensif belgo-marocain Yassine el-Ghanassy (depuis 2017, prêté cette saison à Al-Raed en Arabie saoudite) et du défenseur sénégalais Kara Mbodji (depuis cet été).

Si au moins ce dossier avait accouché d’une bonne surprise sportive… Malheureusement, le transfert d’Anthony Limbombé est un flop total au point qu’il se dit que le FC Nantes chercherait à se débarrasser du joueur dès le mois de janvier.