Les équipes de football sont généralement composées d’une foultitude de joueurs lambda, tirés vers le haut par quelques individualités top niveau qui font la différence.

[themoneytizer id= »10701-25″]

 

Le FC Nantes n’échappe pas à la règle et quelques joueurs de son effectif sont promis à un glorieux avenir. Nous avions déjà Léo Dubois, qui incontestablement se retrouvera un jour dans la cour des très grands et qui postule sans vouloir l’avouer, au poste de latéral droit de l’équipe de France. Malheureusement, le défenseur nous quitte.

Nous avons toujours Adrien Thomasson, sous contrat jusqu’en juin, mais les espoirs d’une prolongation s’éloignent de jour en jour. Il ne reste donc que Valentin Rongier, le plus régulier des Canaris cette saison avec Léo Dubois, qui à 23 ans, surprend par sa maturité sur et en dehors du terrain.

Arrivé à l’âge de 6 ans au club, le milieu de terrain relayeur, ferait le bonheur de n’importe quel club de l’élite de l’hexagone et de pas mal d’écuries européennes de haut niveau. Celui que l’on compare au Marco Verratti d’il y a quelques années vit seulement sa deuxième saison complète de L 1, la faute à une rupture des ligaments croisés en octobre 2015 et une blessure aux ischio-jambiers.

Hier soir, Valentin Rongier était l’invité du Canal Football Club sur Canal+ et la question de son avenir lui a bien évidemment été posée.

Le milieu nantais a clairement indiqué qu’il était ambitieux et attiré par le très haut niveau : « Je n’ai pas de plan de carrière défini. Aujourd’hui, je suis sous contrat avec le FC Nantes, mais je suis quelqu’un d’ambitieux qui a envie de toucher le très haut niveau et si j’ai l’occasion de goûter à ça, je réfléchirai. »

A l’issue de la dernière saison, Waldemar Kita n’imaginait pas perdre le symbole le plus exposé de l’école nantaise : « Il est très intelligent et réfléchi, il ne veut pas partir. Pour nous aussi, c’est niet, ce n’est pas une question d’argent », clamait le président du FCN. « Il a encore trois ans de contrat mais on va revaloriser son salaire alors qu’il n’a rien demandé, comme on le fait pour les autres jeunes. Il sait qu’il doit confirmer. »

Avec une estimation de 80 000 brut mensuels, Rongier est loin d’être le jeune le plus à plaindre des Canaris mais si Nantes n’était pas européen à la fin de la saison, l’idée de le voir partir cet été fera peut être son chemin.  A 2 ans de la fin de son contrat, le président réaliserait certainement une belle opération financière…

[themoneytizer id= »10701-2″]

[themoneytizer id= »10701-16″]