Abondance de biens ne nuit pas. Ce n’est pas parce que le Fc Nantes s’est fait prêté Majeed Waris que l’idée d’embaucher un attaquant finisseur ne fait plus son chemin.

 

Parmi les attaquants dont les noms étaient couchés sur les tablettes du président Kita, il y avait le serial buteur Nîmois, Umut Bozok.

Meilleur buteur de National en 2016-2017 avec Marseille Consolat, puis meilleur réalisateur de Ligue 2 la saison dernière à Nîmes avec 24 buts, Umut Bozok a légitimement tapé dans l’oeil de plusieurs clubs de l’élite.
Pourtant, le Franco-Turc est jusqu’ici resté à Nîmes avec qui il devrait découvrir la Ligue 1. Devrait car tout n’est pas perdu pour les nombreux prétendants dont fait partie le FC Nantes.

Très à l’aise face au but et doté d’une bonne technique, l’attaquant, formé au FC Metz, a le profil pour s’imposer dans l’élite. La question est désormais de savoir combien de temps les Nîmois pourront retenir leur buteur… car les négociations concernant sa prolongation n’avancent plus. Les prétentions salariales du joueur, dont le contrat court jusqu’en 2020, ne seraient pas en adéquation avec un des plus petits budgets de L1. Selon des sources locales, paradoxalement, l’attaquant serait un des joueurs les moins payés de l’effectif.
Le journal L’Equipe révélait il y a peu que les joueurs et le staff du club avaient menacé de boycotter le match amical face à Guingamp. La direction aurait proposé aux joueurs des primes de match moins élevées que lors de la saison passée, lorsque le club évoluait encore en Ligue 2 ?
Un climat délétère qui pourrait inciter Bozok à prendre la fuite … Ce dont pourrait profiter les prétendants. Mais Nantes n’est pas seul : L’attaquant aurait des touches en Espagne, en Allemagne, et aurait déjà refusé des offres venant de Turquie. Lyon est toujours en veille sur le joueur dont le montant du transfert serait de 7 millions d’euros. Un montant qui ne serait pas rédhibitoire si le FCN réussissait à vendre Emilano Sala un bon prix…