Mercato FC Nantes : Ranieri inquiet, nous aussi

kita-ranieri

Hier, en conférence de presse, alors que Waldemar Kita était absent, Claudio Ranieri a laissé transparaître ses inquiétudes sur l’objectif de faire aussi bien que la saison dernière (7ème place).

Déjà cette semaine, pour Ouest-France, Ranieri se disait « pas content » du recrutement. « J’espérais un peu plus, mais c’est la vie, c’était un mercato très difficile », soulignait-il encore hier au point presse. « Nous avions parlé en juin de cinq recrues, huit sont arrivées. Maintenant, on a 30 joueurs, je dois choisir le meilleur de ce que le président m’a donné. Quand je suis arrivé à Nantes, je savais qu’on n’allait pas prendre Neymar et Mbappé. J’aurais aimé que le mercato se termine différemment. C’était une journée de merde. C’est usant, pas rigolo, déroutant. C’est le foot d’aujourd’hui. » Kita, qui continue d’assurer avoir mis 20 millions sur la table (???) appréciera…
Comme le précise le journal l’Equipe ce matin, Ranieri a dû valider des choix qui n’étaient pas forcément les siens : « Si quelqu’un n’arrive pas, j’en choisis un autre. Et s’il n’arrive toujours pas, à la fin, je prends tout le monde. »

Lors de la présentation de l’entraîneur italien, l’ambition était de faire aussi bien, voire mieux, que la saison passée (7e). Hier, Ranieri, qui a, lui, pu déjà testé les nouvelles recrues à l’entraînement, a émis des doutes sur la capacité du club à viser la première moitié du tableau. Il essayait néanmoins de se montrer positif, à la différence de Girard l’an dernier, qui avait déjà pété un câble. « Je suis toujours positif. Pour nous, la saison va commencer dans un mois ou deux. Ce n’est pas facile de comprendre ce que je veux, mais les joueurs sont très attentifs et coopératifs. »

Waldemar Kita avait déjà mis la pression sur son entraîneur, en vantant un mercato réussi. Claudio Ranieri est déjà en train d’expliquer les causes d’un non respect de l’objectif initial avec vrai démarrage de la saison du club dans 2 mois … Pas sûr que la formule fasse rire le président…

La phrase qui tue : Monsieur Ranieri, comptabilisez-vous l’ailier hollandais Mesnig dans les recrues ? « Excusez-moi, il est arrivé ici, à l’aéroport ? Je ne connais pas ce joueur. »

 

FacebookTwitterGoogle+Partager