Tandis que Waldemar Kita finalise avec le club portugais du Rio Ave l’achat de la dernière année de contrat de Miguel Cardoso, les dirigeants du FC Nantes réfléchiraient à une opération de troc qui ne ferait pas que des heureux dans les rangs des supporters du club.

[themoneytizer id= »10701-25″]

 

Pour Miguel Cardoso, Waldemar Kita discuterait encore les modalités du rachat de la dernière année de contrat, cette dernière étant estimée à 200000 euros. Le président nantais a néanmoins confirmé avoir trouvé un accord avec le coach portugais qui viendrait avec son staff sur la base d’un contrat initial de 2 saisons. A Nantes, on appelle cela s’inscrire dans la durée …

Aujourd’hui, le problème est ailleurs. À la recherche de liquidités, la direction du club serait prête à céder Valentin Rongier, la plaque tournante de l’équipe, sous contrat jusque 2022, à l’Olympique Lyonnais, qui se fait pressant sur le dossier au détriment de l’OM, qui suit le joueur depuis plusieurs mois.
Dubois ne suffit pas à Aulas, il lui faut également Rongier et le boss lyonnais, conscient que Kita cherchera à se faire un max de tunes sur la vente de son milieu de terrain, est prêt à ajouter Jordan Ferri dans l’opération. Seul souci, le lyonnais n’aime pas Nantes. Il l’avait fait savoir l’été dernier quand l’idée d’un prêt avait été évoquée.
À 26 ans, le milieu de terrain défensif ne bénéficie pas du temps de jeu escompté et ses apparitions sont rarement satisfaisantes, là où Valentin Rongier, véritable poumon de l’équipe nantaise, a réalisé une saison pleine et d’une rare constance au niveau de la qualité de la prestation.

Cette opération, sur le plan sportif, ressemblerait à un deal gagnant/perdant. Comment laisser partir Dubois, Thomasson et peut être Rongier dans la même intersaison ? C’est le tuto du mois au FC Nantes. Ou, comment se tirer une balle dans le pied …

[themoneytizer id= »10701-2″]

[themoneytizer id= »10701-16″]