Que l’on se place côté niçois ou côté nantais, la rencontre entre les Aiglons et les Canaris sent la volonté de se refaire la cerise et de reprendre confiance.

[themoneytizer id= »10701-25″]

 

La défaite 2-3 (après avoir mené 2-0) contre le Lokomotiv Moscou, jeudi en Ligue Europa, a rajouté une couche aux soucis de l’OGC Nice. Sa dynamique en Championnat a été freinée par trois défaites d’affilée contre des équipes de bas de tableau, Metz, Toulouse et Dijon.
La réception de Nantes devrait réveiller l’ambition niçoise car l’enjeu est clair : revenir à un point des Canaris et redevenir leur rival numéro 1 dans la lutte pour la cinquième place.

Le problème pour les Aiglons est que le FC Nantes a les mêmes ambitions, conserver coûte que coûte la place européenne. Comme Nantes ne s’impose plus à la Beaujoire, les Canaris doivent aller faire le boulot loin de leur base.
Après les derniers revers, Claudio Ranieri se pose beaucoup de question sur l’état de santé mentale de sa défense. Les Canaris ont encaissé cinq buts sur les deux dernières rencontres (3 à Caen, 2 face à Lille)et cela pose questions.
Le journal l’Equipe relève ce matin une stat intéressante. Nantes est l’équipe de L1 qui a été la plus punie de la tête (8 fois, pour 26 buts encaissés cette saison). Concrètement, quatre buts sont venus sur des centres et quatre autres sur corner. Et sur les six derniers buts encaissés, quatre l’ont été de la tête. « C’est certainement un problème de concentration, de marquage plus lâche qu’il ne l’était avant. » analyse Maxime Bossis de BeInSports.
Les Nantais ont compensé en marquant dix buts lors des quatre derniers matches. « Offensivement c’est mieux, oui. Mais on prend moins de plaisir au final vu qu’on ne gagne pas » souligne Adrien Thomasson.

Malheureusement, les inquiétudes concernant Diego Carlos se sont confirmées. Resté en soins vendredi après avoir ressenti une douleur au mollet, le défenseur est finalement forfait pour le déplacement à Nice. Après sa suspension face à Lille, c’est le deuxième match consécutif auquel ne participera pas le Brésilien, avec les conséquences que l’on sait pour l’équilibre de la défense.
En fonction du scénario du match, Claudio Ranieri fera peut être rentrer Joris Kayembe, victime d’une rupture des ligaments croisés du genou lors du dernier match de préparation des Canaris, au mois d’août. L’ailier belge entrevoit le bout du tunnel puisqu’il fait pour la première fois partie des 21 joueurs convoqués par l’Italien pour le déplacement à Nice.

Un week-end sur la Côte d’Azur, une belle occasion offerte à Nantes pour repartir de l’avant, ou pas. Le nantais est imprévisible et les bookmaker s’arrachent souvent les cheveux pour déterminer la cote des Canaris…

fiche-nice-2018

[themoneytizer id= »10701-2″]

[themoneytizer id= »10701-16″]