Le monde du football professionnel est cruel. Dans les jours qui ont précédé le match entre le Fc Nantes et l’EA Guingamp, Vahid Halilhodzic et Antoine Kombouaré s’étaient envoyés des mots d’amour par médias interposés.

 

De 1983 à 1986, Vahid Halilhodzic et Antoine Kombouaré ont porté la tunique jaune. A 37 reprises, les deux hommes ont même joué ensemble. « C’est un très bon copain » concédait Antoine Kombouaré à l’endroit de coach Vahid, qui lui répondait « C’est le premier qui m’a appelé le jour de mon arrivée à Nantes. »
Coach Vahid restera aussi dans l’histoire celui a qui précipité Kombouaré de la falaise en infligeant un 5-0 à son équipe en soins palliatifs. Kombouaré n’a pas survécu à la correction reçue. La défense à cinq que le coach kanak avait utilisée depuis la 7e journée à Nîmes (0-0, le 26 septembre) pour rafistoler son équipe, et qui avait légèrement inversé la tendance (quatre nuls et un succès), a volé en éclats à la Beaujoire en seconde période.
Mais, alors que le technicien semblait être à l’abri d’une décision radicale si l’on s’en tenait au propos du président Desplat dimanche : « Oui, la confiance envers Kombouaré est totalement inébranlable. Quand on a un entraîneur de très grande qualité, on le soutient, on le conforte et telle est ma position. », Kombouaré était débarqué hier sans ménagement. Preuve encore que parole de président n’a de valeur qu’au moment où elle est prononcée …

Comble de l’ironie, il y a de fortes chances qu’il soit remplacé par celui qui a failli venir à Nantes avant Cardoso et avant Halilhodzic, à savoir Jocelyn Gourvennec qui est le favori des bookmakers. Il se murmurait hier qu’il aurait un rendez-vous aujourd’hui avec son ancien club.