Sans être réellement brillant, l’équipe du FC Nantes a prouvé hier soir face au SM Caen qu’elle avait encore de la ressource au travers d’un nouveau match hommage durant lequel l’émotion de la disparition d’Emiliano était toujours palpable.

 

Ce qu’il convient avant tout reconnaître, c’est l’état d’esprit irréprochable des Canaris, face à une équipe qui a commencé à se battre pour sa survie. Tout aurait pu capoter dans le mauvais sens car Andrei Girotto n’a pas été capable de maîtriser son agressivité, récoltant deux cartons jaunes sur ses deux premières fautes (26e, 34e). Réduits à 10, les Canaris ont du ensuite faire le dos rond en attendant un coup de moins bien des caennais qui se sont écroulés en seconde période.

Les maladresses se sont ramassées à la pelle de part et d’autre. Combien de ballons rendus à l’adversaire, de manque de justesse technique… Même Valentin Rongier, souvent techniquement très à l’aise, a montré hier des limites inquiétantes. Il s’est pourtant bien rattrapé en transformant le penalty obtenu par Majeed Waris à la 80e minute.
C’est en s’appuyant sur un état d’esprit irréprochable, des qualités collectives et de l’abnégation, que le bloc nantais a finalement eu raison de Caen. Au niveau des satisfactions, on a pu noter les prestations encourageantes des petits nouveaux, Edgard Ié et Valentin Eysseric, qui devraient être bientôt à 100%.

On ne manquera pas de saluer le comportement exemplaire des supporters de Caen, très dignes durant l’hommage à Emiliano Sala et qui ont même applaudi les Canaris à la sortie du terrain. Cette défaite signe vraisemblablement l’arrêt de mort de l’entraîneur du SM Caen, Fabien Mercadal, dont on devrait apprendre le licenciement dans les jours qui viennent.

Au delà des propos alarmistes d’avant match de Vahid Halilhodzic, ce matin, on peut penser que le FC Nantes devrait s’en sortir, en raison d’un effectif de qualité, du moins pour cette zone du classement, et d’un état d’esprit irréprochable. L’entraîneur nantais a d’ailleurs salué la performance de ses joueurs : « Je suis très fier de la réaction des joueurs. On a joué 70 minutes à 10 mais malgré cela ils ont fait une deuxième mi-temps héroïque dans la combativité, l’application, la discipline. Par contre on peut faire mieux dans la justesse technique et la maitrise du ballon. »
En ayant fait le break par rapport aux potentiels relégables, le Fc Nantes peut espérer des jours meilleurs et pourquoi pas une remontada, histoire de revenir dans les dix premiers au classement … Et si le premier acte de la remontada avait lieu samedi à Monaco ?