Vahid Halilhodzic a décrété l’union sacrée dans la quête du maintien. Match en retard de la 23e journée, ce Caen-Nantes opposera le 19e et le 15e du championnat, séparé actuellement par trois points. Autant dire qu’une victoire des Canaris est impérative s’ils veulent respirer un peu dans ce championnat qui devient oppressant.

 

Le FC Nantes sort d’une violente désillusion. Nîmes a infligé un 4-0 en seconde période dimanche à la Beaujoire, alors que les Canaris menaient 2-0 à la pause, les renvoyant ainsi à leurs difficultés en Championnat depuis le début de l’année. « Il faut que chacun prenne ses responsabilités et se réveille. » a tonné le coach.
L’entraîneur nantais se montre intransigeant pour ne pas voir la situation se dégrader : « Dans leurs têtes (aux joueurs), il se passe beaucoup de choses. Il y a eu le mercato puis le drame avec Emiliano, mais il ne faut pas trouver d’excuses, sinon demain on est en Ligue 2. »

A Nantes, Lucas Evangelista et Antonio Mance (non qualifié) n’ont pas été retenus, contrairement à Edgar lé et Valentin Eysseric, présents dans les 20. Khrin devrait remplacer Girotto au milieu et Boschillia devrait être à nouveau titularisé au détriment de Limbombe qui continue de décevoir. Dans le couloir gauche, Lima devrait laisser sa place à Traoré.

L’entraîneur normand Fabien Mercadal a convoqué 19 joueurs. Armougom, rétabli de sa blessure au genou, fait son retour. Le mystère plane par contre toujours sur les choix et la composition d’équipe. Un 4-4-2, avec deux attaquants axiaux, serait envisagé. 16 000 tickets ont été vendus pour ce match très important sportivement, entre deux équipes qui doutent, et qui sera marqué par un nouvel hommage à Emiliano Sala. Les joueurs caennais porteront notamment des maillots floqués au nom de l’argentin.

Le FC Nantes a sans doute laissé de côté toute ambition européenne, sauf, rêve de fou, à remporter la Coupe de France. Halilhodzic veut revenir à l’essentiel, le maintien. Si cette saison, les joueurs ont pris l’habitude de passer de l’euphorie à la désillusion, du bonheur au malheur. Il va falloir surpasser les émotions pour se sortir de la mouise. Emi, là où il est, vous regarde les gars !