« Bienvenue dans votre pire cauchemar » annonçait le tifo du kop Rennais. Auteur d’une prestation solide, et en débit d’une piètre prestation du corps arbitral, le FC Nantes a bien failli retourner le compliment.

[themoneytizer id= »10701-25″]

 

Réalisme et efficacité, c’est ainsi que l’on peut résumer la première période des Canaris. Quand Emiliano Sala a égalisé à la 16ème minute d’une jolie tête décroisée sur un centre millimétré de Lima, il s’agissait de la première occasion nantaise. Auparavant, les nantais s’étaient fait surprendre par un coup franc astucieusement tiré par Grenier et dévié par Johansson.

Après la pause, dans un derby souvent heurté mais mal maîtrisé par le corps arbitral, qui a oublié plusieurs fautes pourtant évidentes sur les Canaris (dont un penalty qui aurait du être sifflé consécutif à une faute sur Sala), les deux équipes se sont neutralisées dans une mi-temps hachée par les fautes de part et d’autre (quatre cartons jaune côté rennais, trois côté nantais).
A quoi sert donc la VAR si l’on ne revient pas sur la faute évidente pleine surface de Da Silva sur Sala ?
Rennes aurait pu être récompensé par un penalty obtenu par Ismaila Sarr, fauché par Diego Carlos. Mais Ciprian Tatarusanu a une nouvelle fois sorti le grand jeu pour repousser le tir de Grenier.
Ciprian Tatarusanu, Diego Carlos, Valentin Rongier et Emiliano Sala furent les grands bonhommes de ce match. Boschilia, Girotto et Majeed Waris ont à contrario déçu en jouant en deçà de leur valeur et en n’apportant rien sur le plan offensif.

Après son premier rendez-vous manqué à Bordeaux (3-0), Vahid Halilhodzic avait fait du pack Toulouse-Amiens-Guingamp-Rennes une période cruciale qu’il fallait négocier au mieux pour enfin pouvoir entrevoir autre chose que la lutte pour le maintien qui était promise au FC Nantes.
Le réveil contre Toulouse (4-0, le 20 octobre), la victoire à Amiens (2-1, le 27 octobre), la gifle infligée à Guingamp (5-0, le 4 novembre) et ce partage des points à Rennes ont été sa réponse. « Ces matchs sont presque décisifs pour cette saison », disait-il. « Est-ce qu’on joue le maintien ou quelque chose de plus ? C’est nous qui devons décider de la saison, est-ce qu’on sera dans la difficulté ou est-ce qu’on aura un peu plus d’ambition ? » 10 points en 4 matchs, le contrat est rempli !

Avec cette colonne vertébrale (Tatarusanu, Carlos, Rongier, Sala) que la Ligue 1 nous envie, et pourvu que le reste des joueurs se mettent au diapason, le FC Nantes a les moyens de s’approcher du top 5. Pourvu que la trêve internationale ne vienne pas briser pas la dynamique …

[themoneytizer id= »10701-2″]

[themoneytizer id= »10701-16″]