Un nouveau record pour le FC Nantes

but-sala-troyes

Grâce à l’indigence de son attaque, le FC Nantes est la première équipe de l’histoire à compter 50% de victoires après six journées de Ligue 1 Conforama, en ayant inscrit seulement trois buts. Un record !

 

Même si derrière notre petit écran, nous sommes par moment sujet à l’endormissement, force est de reconnaître que la méthode ultra défensive mise en place par Claudio Ranieri porte ses fruits. Oui, mais jusque quand ? Pour le moment, les adversaires analysent le jeu nantais avec circonspection mais un coach plus zélé que les autres finira bien par trouver la faille et là, il faudra bien se rendre à l’évidence : Pas de but, pas de victoire.

Sur ce qui a été montré lors des six premières rencontres, seul un joueur est capable d’accélérer le jeu, de créer des occasions grâce à son pouvoir de percussion et sa vivacité. Ce joueur c’est Yassine El Ghanassy, que le coach italien, malheureusement, n’utilise qu’avec parcimonie, comme s’il avait peur de l’user…
Pour finir les actions, les choix ne sont pas légion. Le recrutement estival a été bâclé à ce niveau. Le belge Coulibaly, malgré ses 73 minutes de jeu en trois rencontres, n’a pas encore prouvé qu’il avait le niveau de la Ligue 1. Bammou, blessé, n’a joué que 20 minutes cette saison. Nakoulma, après une période de mercato compliquée durant laquelle il a failli partir, a fait une rentrée prometteuse le week-end dernier, mais il faudra voir dans la durée, le burkinabé n’ayant jamais brillé par sa constance.
Et il reste l’énigme Emiliano Sala, dont les stats cette saison font pitié par rapport à son rendement habituel. 6 fois titulaire en six rencontres avec un temps de jeu de 511 minutes, l’argentin n’a scoré qu’une fois, c’était à Troyes le 19 août et depuis plus rien, il court, se démène, mais ne semble plus en mesure de pousser le ballon au fond des filets.

Le mercato de janvier est encore trop loin pour pouvoir rectifier les erreurs estivales, il faudra donc faire avec. Mais les défensifs Carlos et Girotto ne seront pas toujours là pour suppléer aux carences offensives…

 

FacebookTwitterGoogle+Partager