Mercredi, à partir de 19h, à la Beaujoire, Yoann Joubert, patron du groupe immobilier Réalités, et Waldemar Kita, président du FC Nantes, expliqueront les différentes étapes du projet YelloPark et lanceront la concertation officielle qui s’ouvrira pour deux mois, sous l’égide de la Commission nationale du débat public.

[themoneytizer id= »10701-25″]

 

L’opposition à cet équipement de 40 000 places, qui doit remplacer le stade de la Beaujoire (37 500) dans le même quartier à horizon 2022, prend corps. Partisans et opposants avancent vérités et contre-vérités sur le projet. L’association « A la Nantaise », (l’association des amoureux du FC Nantes), dénonce un projet fondé sur des mensonges et prend pour cible le FC Nantes et le groupe immobilier Réalités, ses promoteurs.

Les promoteurs affirment notamment que « Nantes a besoin de cette nouvelle infrastructure pour accueillir les JO de 2024. » Faux, car dans son dossier de présentation, le comité d’organisation des JO a retenu la Beaujoire parmi les stades envisagés pour le tournoi de football. Sur le site officiel de Paris2024, l’actuelle enceinte nantaise est même présentée comme « particulièrement fonctionnelle ».

La moyenne d’âge des stades récemment remplacés par de nouvelles enceintes (Lyon, Lille, Bordeaux, Nice) était de 78 ans et celle des stades en activité est de 71 ans. Or, la Beaujoire n’a que 34 ans d’âge. Un jeunot.

Plusieurs études ont montré que la modernisation de l’enceinte existante est tout à fait envisageable pour un coût moindre. Berdje Agopyan, l’architecte de la Beaujoire, est entré dans le débat : « C’est un gâchis sans nom : financier, humain notamment pour les riverains, et que cela rompt l’équilibre écologique actuel entre les espaces verts et le bâti… Et personne se garde bien de chiffrer la destruction d’un stade de cette envergure, et pour cause, cela coûte cher, sans compter les centaines de milliers de tonne de béton ferraillé et de gravats à évacuer.
On peut aménager demain la Beaujoire de manière exceptionnelle, tout en gardant son caractère unique, y compris avec des salles de conférence, salles de presse, des restaurants, juste à l’extérieur de l’enceinte et reliés aux tribunes actuelles (comme dans beaucoup de stades). On pourrait aussi offrir plus de loges VIP ou ajouter des places dans les tribunes Loire et Erdre, tout en continuant à jouer les matchs. »

Pour notre part, nous remarquons simplement que La Beaujoire actuelle n’accueille qu’une base de 20 000 spectateurs. Qu’un retour à un stade plein n’est envisageable que si Nantes joue durablement le top 3 du championnat avec des Coupes d’Europe en parallèle. Ne serait il pas judicieux de ne pas mettre la charrue avant les bœufs et de mettre l’argent sur la constitution d’un vrai groupe capable de jouer les premiers rôles de façon pérenne ?
La période officielle de concertation et surtout de protestation commencera donc mercredi. Une ZAD sur le parking de La Beaujoire ?

[themoneytizer id= »10701-2″]

[themoneytizer id= »10701-16″]