Waldemar Kita a enfin parlé d’autre chose que du YellowPark

Dans une interview accordée au journal l’Equipe, Waldemar Kita a enfin abordé des sujets autres que ceux qui entourent le projet de nouveau stade.

 

Certes, il n’a pas pu s’empêcher d’aborder à nouveau la fin de la Beaujoire en mettant en avant les retombées positives de son projet : « On propose un stade plus moderne, mieux organisé. plus sécurisé. Après, c’est simple, si on songe à une rénovation de la Beaujoire,on ne la prendrait pas en charge puisque le stade ne nous appartient pas et que la métropole ne mettrait pas un centime. Donc, c’est nous ou rien. Aujourd’hui. il me semble qu’il y a plus débat autour de l’ensemble urbain (du Yellopark) chez les riverains qu’autour du stade. », mais on l’attendait sur d’autres terrains et là, il s’est montré flou et peu convaincant.

Concernant l’avenir de Claudio Ranieri, il s’est montré évasif : « Mes relations avec lui sont très bonnes. Ce n’est pas parce qu’il a peut-être envie de partir en équipe nationale. Je trouve ça normal qu’il en ait envie, à soixante-six ans. Cela ne me dérange pas du tout. Sinon il a de bonnes conditions, à part pour l’Italie, je ne vois pas pourquoi il partirait. Il y a eu un travail de fait, ce serait dommage de le laisser comme ça. Je souhaite qu’il reste. »
Nous n’en saurons pas plus également sur les rapports réels entre les deux hommes, alors que certaines voix internes parlent de relations « froides ». « C’est vrai que l’on ne se parle pas tous les jours » avoue le président, « C’est un homme qui travaille d’une façon un peu différente et on n’a pas besoin de se parler beaucoup. Il a une façon de voir les choses avec beaucoup de maturité, pourquoi l’aurais-je tous les jours ? On a des rapports corrects, professionnels, je ne pense pas qu’il m’ait critiqué. »

Waldemar Kita a néanmoins reconnu sur le bout des lèvres que son coach avait été déçu par le recrutement : « Le mercato estival ne l’avait pas amplement satisfait, moi non plus. Le rôle de dirigeant n’est pas facile. Quelle que soit la façon dont on tranche, on est critiqué. J’essaie de faire du mieux possible pour le groupe et le club. ll n’en reste pas moins qu’avec vingt points de plus, regardez où nous serions aujourd’hui… « 

Nous avions effectivement oublié que sans l’acharnement du corps arbitral, nous serions peut être en train de batailler avec le PSG pour la première place … Selon le président, les erreurs d’arbitrage ont en effet coûté près de 25 points au FC Nantes cette saison ! Nous ne rentrerons pas dans le calcul mais Waldemar Kita a simplement oublié les décisions qui nous ont été favorables…

Le président est également revenu sur sa déception concernant le départ de Léo Dubois : « Je trouve que c’est de la malhonnêteté intellectuelle de sa part. Quand tu formes un joueur pendant 11 ou 12 ans et qu’il fait traîner la prolongation pendant un an et demi… « 

Concernant le futur mercato, Waldemar Kita a simplement précisé : « Claudio Ranieri a des touches, moi aussi… »
Au travers de cette interview, le président a également fait part de son souhait d’ouvrir de façon significative le capital du club à d’autres partenaires, mais là également, nous n’en saurons pas plus.

 

Share